bartolone
 

Un vote plus démocratique au lieu d’obligatoire.

Suite à la proposition de M. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale (en photo) d’instaurer l’obligation de vote et à l’excellent article de Mathieu Charvillat sur ce sujet (1), poursuivons la réflexion afin d’aider les nombreux abstentionnistes rencontrés à retrouver le chemin abandonné des urnes.

Le vote obligatoire est une fausse solution, car ce qui est en cause par l’abstention, c’est avant tout la confiance entre le citoyen et la classe politique. Elle ne peut se rétablir par une obligation et une contrainte du citoyen, mais par une remise en cause du fonctionnement actuel. En effet, le vote obligatoire risque d’entraîner une augmentation considérable de votes blancs, voir nuls, ou pire de votes extrêmes. Pour que le citoyen retrouve naturellement le chemin des urnes, nous, les démocrates, proposons quelques solutions :

  • Liées au mode électoral :
    • Un mode électoral plus démocratique qui permet une meilleure représentation des votants : c’est la proportionnelle. Celle-ci favorise de plus les réformes par la création de majorités d’idées plus que de majorités de partis ou de blocs politiques.
    • Un mode électoral respectueux du votant : qui n’oblige pas de voter pour un candidat non souhaité : c’est le vote blanc comptabilisé comme exprimé.
  • Liées à la candidature :
    • Favoriser les candidats qui s’engagent à respecter avant l’élection les critères définis par les chartes ANTICOR (transparence financière du patrimoine, prévention des conflits d’intérêts, etc…)
    • Permettre l’égal accès aux candidatures à des profils du privé comme du public. La profession et le reclassement post-mandat ne doivent pas être un frein aux candidatures.
    • Définir une limite d’âge maximale, comme il en existe une minimale.
  • Liées à la campagne électorale :
    • Une redéfinition des règles qui régissent la communication médiatique de campagne : stricte égalité des candidats dans les temps de parole sur les réseaux de diffusion publics. Les sortants et les représentants des grands partis sont souvent sur médiatisés.
    • La vérité dans le discours de campagne des candidats (2).
  • Liées au mandat de l’élu :
    • Interdire le cumul des mandats en nombre et le limiter en durée.
    • Des élus qui rendent comptent régulièrement de leurs votes et actions et qui s’inscrivent dans une démarche participative avec leur population.
    • Des actes d’élus conformes aux promesses électorales (2).

Ces solutions sont peut-être perfectibles, mais elles constituent des propositions, respectueuses de liberté, pour restaurer une confiance dont ont besoin les futurs électeurs autant que les futurs élus.

Eric Daubechies

(1) « Le vote obligatoire : l’abolition d’un droit » par Mathieu Charvillat dans « Démocrates en marche »

(2) Lire : « De la vérité en politique » par François Bayrou éditions Plon

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire