vote conseil général Creuse
 

La couleur des bulletins de vote

Le Mouvement Démocrate de la Creuse a fait le choix de ne pas présenter de candidat aux élections départementales. Ce choix a été guidé par plusieurs facteurs :

Les compétences incertaines du Conseil Départemental. Il n’aurait pas été honnête d’engager des candidats sans connaître les compétences des futurs conseillers. Ces compétences ne seront connues avec certitude qu’après le vote de la loi « Nouvelle Organisation des Territoires de la République » qui aura lieu en juin. Nous dénonçons donc le flou avec lesquelles les choses ont été menées. Un flou qui explique une campagne atone de part et d’autres et qui ne suscite que peu d’intérêt auprès de la population.

La découpe des nouveaux cantons. Les nouveaux cantons ne tiennent pas compte de l’identité propre des territoires, des bassins de vie et des découpages intercommunaux. De plus, pour notre département, cette élection ne génèrera pas d’économies, avec 30 nouveaux conseillers contre 27 auparavant. Enfin, quid des services publiques qui existaient sur les anciens cantons et des dotations améliorées pour les anciens chefs lieu de canton ?

Le mode de scrutin. Bien qu’assurant la parité, il n’en demeure pas moins un calcul politicien permettant d’élire avec un seul bulletin deux personnes (souvent d’un même parti), favorisant dès lors les partis les plus importants. Un déni de Démocratie… Il eut été plus pertinent, de notre point de vue, afin d’assurer une plus juste représentation de la population, d’établir un scrutin de liste à parité et à la proportionnelle.

Les dates de l’élection. En dissociant les élections départementales et régionales, les deux scrutins recueilleront moins d’électeurs séparément et favoriseront l’abstention. Repousser les élections en décembre aurait permit de connaître avec certitude les compétences des 2 collectivités.

Une fois de plus, tout est fait, y compris médiatiquement, pour favoriser la lutte d’un bord contre un autre, chaque camp étant entraîné dans une surenchère dictée par son « extrême ». Au lieu de favoriser le rassemblement nécesaire pour réformer notre pays, le pouvoir a choisit de donner plus d’importance à la couleur des bulletins de vote pour se jauger au niveau national plutôt que de permettre une évolution des mentalités. L’esprit du 11 janvier est évaporé. Au final, nous craignons que l’abstention et le vote blanc soient les gagnants de cette élection. Les futurs élus en auraient une légitimité amoindrie.

Sans donner de consigne sur une couleur de bulletin de vote, nous invitons nos électeurs à soutenir, au cas par cas, chaque candidat se réclamant d’une attitude non sectaire et ceux, engagés concrètement pour le non cumul de mandats et qui n’auront aucune ambiguïté de posture à l’égard des extrêmes.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire