François Bayrou
 

François Bayrou à la rencontre des éleveurs limousins

François Bayrou était en Haute-Vienne ce samedi 18 février 2012, à la rencontre des agriculteurs limousins avec deux visites d’entreprises au programme: ovins le matin et bovins l’après-midi.

Pourquoi avez-vous choisit le monde agricole pour cette première halte de la campagne électorale dans notre région ? »
Le monde agricole, pour moi, c’est une partie de ma vie, et puis on en parle dans des discours, avec des mots, mais on en parle rarement les yeux dans les yeux, avec la réalité des faits de la vie des éleveurs et des agriculteurs. Donc ce matin pour l’élevage ovin et cet après-midi pour l’élevage bovin, avec ceux qui sont si importants dans cette région et j’ai voulu être avec eux, au contact, dans les exploitations »…

Quelles sont les engagements que vous prendrez, si vous êtes élu président, pour aider les éleveurs dont les revenus sont en baisse ?
« Pendant très longtemps, le monde agricole était tellement nombreux qu’ils faisaient pression sur tous les gouvernants et que l’on ne pouvait pas les oublier. Cela a beaucoup changé aujourd’hui parce qu’ils sont à peine 1 ou 2 % de la population et donc on ne fait plus attention à eux. Pour moi ce qui est important c’est qu’ils aient l’assurance d’avoir un président de la République qui de l’intérieur comprend, connait et qui parle des problèmes et des attentes qui sont les leurs. »

Vous souhaitez augmenter la tva d’un ou deux points. C’est une mesure impopulaire, mais nécessaire selon vous ?
« Vous savez très bien la situation de la France. C’est un pays qui est un bateau qui coule parce qu’il a des voies d’eau. L’eau s’engouffre dans la coque. Et les voies d’eau du pays c’est un : parce que nous ne produisons plus en France et deux : parce que nous sommes tellement endettés que nous sommes exactement dans la situation d’un ménage en surendettemment ou d’une entreprise en surendettement. Et vous savez à quel point c’est engoissant d’essayer toujours de trouver un crédit pour couvrir un autre crédit, baisser les yeux, ne pas sortir de la maison parce qu’on fuit les huissiers, ça c’est ménage en surendettement et bien un pays en surendettement c’est la même chose. Alors si nous voulons rétablir la situation pour notre pays, c’est la même chose à faire…Il y a une certitude c’est qu’il faut que l’on supprime le déficit du pays et qu’on le désendette. Si l’on ne fait pas ça, le modèle social français n’y résisteras pas. Si nous ne recommencons pas à produire en France, notre pays va s’éffondrer. Cela fait des années que j’avais averti de la situation. Elle est maintenant sous nos yeux et nous avons le devoir, tous comme citoyens d’y faire face. »

En ce qui concerne l’éducation, dont vous avez été ministre, vous avez utilisé le terme exlavagisme en évoquant les nombreuses heures de cours des élèves, est-ce que le terme n’est pas un peu fort ?
« Non, non, je pense qu’il y a là un excès ou une mauvaise interprétation. On m’a demandé s’il y avait des marges de manoeuvre dans l’éducation. Bien que j’ai la certitude qu’on ne peut pas créer des dizaines de milliers de poste, il y a des marges de manoeuvre, par exemple certains élèves on des heures de cours exessives. J’ai un petit fils en seconde, il a 37 heures de cours par semaine. Si vous ajoutez à ces 37 heures de cours par semaine les devoirs à faire à la maison, alors vous allez vous rendre compte que c’est beaucoup plus d’heures de travail pour un enfant à la fin du collège où au lycée que ça l’est pour les parents qui ont 35 heures de travail par semaine. C’est absurde, vous savez bien qu’il n’y a pas 37 heures de cours qui sont utiles, il y en a peut-être un tiers qui sont utiles, mais les autres non. Je dis qu’il faut avoir une politique modérée et raisonnable qui fasse que les heures de cours soient supportables par les élèves et qu’il y ait des heures de cours utiles et pas inutiles et cela dégagera des moyens pour que l’on puisse faire des choses qui touchent au suivi personalisé des éleves par exemple dans les établissements »

Son intervention en direct dans le journal de france 3 limousin midi pile

Reportage du journal télévisé 19/20 France 3 Limousin

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire